Combien d’eau peut-on donner à sa plante?

mei 26th, 2016 · 2 Comments

C’est sans doute la question la plus souvent posée. L’arrosage: la quantité et la fréquence restent des points de doute. Il nous semblait donc utile d’y dédier un article.

Comment arroser ?

Arroser par la soucoupe:

De cette façon, la plante ne peut jamais en avoir trop. Après tout, les racines absorbent l’eau selon les besoins, tout comme elles le feraient en pleine terre avec l’eau souterraine. Comparez-le à un papier à cigarettes partiellement suspendu dans l’eau.

Un autre avantage est que la couche supérieure du sol reste sèche et qu’aucun champignon ou mouche sciaride n’y nidifie.

Pour certaines plantes, il est conseillé de ne remplir la soucoupe qu’une fois par semaine afin que la soucoupe puisse sécher entre temps et que les racines ne restent pas dans l’eau de façon permanente. Pendant les mois d’hiver, il est conseillé de prendre des pauses encore plus longues, par exemple toutes les 2 à 3 semaines.

Arroser sur le terreau:

Versez de l’eau sur toute la surface jusqu’à ce qu’elle commence à s’écouler dans la soucoupe. Faites des petites pause entre temps pour que la soucoupe ne déborde pas.

Quelques règles générales:

Si la soucoupe est vidée par la plante dans les 48 heures au plus tard, c’est très bien.

Si cela prend plus de temps, videz le surplus et attendez un peu plus longtemps la prochaine fois.

Si la soucoupe est vide au bout de quelques heures, donnez-en un peu plus.

Chaque plante est différente

Lorsqu’on parle d’arrosage, les avis et les conseils, mentionnés sur l’étiquette, donnés dans votre centre de jardinage ou encore trouvés sur le net,  sont souvent très variés et contradictoires. C’est tout à fait logique ! Chaque plante est différente tout comme d’autres facteurs qui jouent un rôle très important dans les besoins réel de la plante. il est donc strictement impossible de donner une quantité ou fréquence d’arrosage exacte !

Quels facteurs clés peuvent influencer les besoins d’eau?
  • caractéristiques de la plante
  • emplacement
  • type de pot / terreau utilisé
  • saison

Caractéristiques de la plante

Avant tout il faut connaître les besoins de l’espèce en question. La provenance originale de la plante vous donnera une bonne indication. Il est tout à fait logique que les plante venant du désert nécessitent moins d’eau que les plantes provenant de l’Amazonie.

Ensuite la taille de la plante joue un rôle. Une plante plus grande, comptant plus de feuilles, évapora plus d’eau qu’une jeune pousse. De plantes avec une bonne motte absorberont mieux l’eau que une plante fraîchement bouturée.

Emplacement

Mis à part de caractéristiques de la plante, l’emplacement doit également être tenu en compte. Des plantes cultivées à l’intérieure nécessitent une autre approche que les plantes cultivées à l’extérieure ou encore les plantes cultivées en pleine terre ! A l’extérieure la plante profitera de la pluie mais est également exposée au soleil et au vent. Surtout le vent peut augmenter considérablement les besoins d’eau. Les plantes cultivées en pot doivent être arrosées plus souvent que les plantes en pleine terre qui, quand à eu, ont accès aux eaux souterraines. A l’intérieure les conditions sont beaucoup plus stables et vous découvririez très vite une fréquence fixe qui fera l’affaire.

Type de pot / terreau utilisé

Le type de pot utilisé interfère également aux besoins d’eau. Les pots en terre-cuit respirent beaucoup plus que les pots en plastique et en conséquence, le terreau sèche plus vite. Sur les pot en terre-cuit, vous verrez directement l’humidité de terreau par un changement de couleur (mis à part les pots en terre-cuit émaillés). Il est donc facile à estimer les besoins de la plante. Dans les pots en plastique, la terre ne respire pas autant et risque donc de rester plus humide dans le fond. Choisissez votre pot donc bien en fonction des besoins de la plante et utilisez ces caractéristiques en votre avantage !

Le terreau utilisé joue également un rôle. Il existe une multitude de sortes de terre avec toutes des caractéristiques différentes. Optez toujours pour un terreau de qualité, plus fin, avec un bon drainage et avec de l’engrais pour votre plante. Le prix peut être légèrement plus élevé se traduira par une plante nettement plus belle.

Saison

Et pour terminer, la saison doit aussi être tenue en compte bien entendu. En pleine saison estivale avec des températures élevées et une plante en pleine croissance, le besoins d’eau est beaucoup plus élevé qu’en hiver ou la plante sera plutôt au repos. Diminuez vos arrosage donc en fin d’année quand la température descend et augmentez à nouveau la fréquence au printemps quand la température remonte.

Photobucket

Les bananiers, une rasse apart

Cet article ne s’applique pas uniquement aux palmiers mais compte en fait pour toutes les plantes ! Il y a juste les bananiers qui font exception à la règle. Ces plantes consistent de 80% d’eau. En plus ils ont des très grandes feuilles qui augment considérablement l’évaporation. Surtout durant les journées ensoleillées ou venteuses. Ils nécessitent donc beaucoup d’eau en pleine saison. Il est quasi impossible de trop arroser. Par contre, uniquement les plantes en bonne santé. Tant que vous ne verrez pas de croissance, il faut rester prudent avec les arrosages afin que les racines ne pourrissent pas. En hiver en revanche, ces plantes ne nécessitent que très peu d’eau ! Il sera même mieux de donner trop peu que trop. On voit plus de bananiers mourir en hiver par un excès que par une manque d’eau ! Il existe même d’espèces, telles que l’Ensete, qui ne doivent pas de tout être arroser durant tout l’hiver…

Mesurez et soyez rassuré

Il n’existe donc pas de réponse valable à la question “combien dois-je arroser ma plante?”. Par contre il existe des méthodes pour vérifier les besoins. Le plus simple est d’enfoncer un doigt dans la terre pour sentir l’humidité. C’est simple, fiable et efficace. La couche de terreau visible n’est pas un bon indicateur car elle sèche beaucoup plus vite. Si de la terre reste collée au doigt, il n’est pas encore nécessaire d’arroser à nouveau.

Il existe également “d’hygromètres”. Ce sont des sondes pas chers (déjà a.p.d. €7,-) et disponibles dans votre centre de jardinage. La sonde capte l’humidité plus profondément dans le pot. Vous serrez étonné comment la terre peut encore être humide plus profondément malgré l’apparence de la couche superficielle. L’hygromètre ne serre qu’à mesurer temporairement et ne peut pas être laissé en place en permanence. Si vous n’avez pas d’hygromètre sous la main, vous pouvez également utiliser un bâton ou encore une aiguille à tricoter par exemple.

Conclusion

Pour terminer on vous donne quelques conseils.

Il est mieux d’arroser moins souvent et plus d’un coup que tous les jours un petit peu.

N’oubliez surtout pas le drainage! Si l’excès d’eau ne puisse s’écouler, les racines risquent de pourrir. Peu de plantes supportent des racines inondées en permanence. Laissez donc sécher la terre entre les arrosages et videz les soucoupes si l’eau y reste.

En cas de doute, tirez la plante de son pot pour inspecter les racines. Des racines en bonne santé sont blanches-jaunes en ne sentent pas mauvais.

© La Palmeraie

Réagir?»

  • Réaction de Hervieux — 12 augustus 2018 14:52

    Bonjour

    Je viens de planter un palmier qui se trouve arrosé. (le tronc) par l’arrosage automatique. Il y a t’il inconvénient pour la santé de ce dernier.
    Merci pour la réponse.


  • Réaction de lapalmeraie — 14 augustus 2018 13:35

    Bonjour

    Non, l’arrosage sur le stipe (: tronc du palmier) ne devrait pas causer un problème.

    Cordialement
    La Palmeraie


Donnez votre réaction