De la fleur jusqu’à la graine: quel parcours!

januari 13th, 2017 · No Comments

L’hiver est la période de l’année par excellence pour semer des plantes. Les semences peuvent profiter de la chaleur dégagée par les radiateurs et au printemps les plantules seront suffisamment grandes pour être placées à l’extérieur.  Mais comment cette graine est-elle produite?

La fleur

Les fleurs il y en a dans toutes les formes, tailles, couleurs, parfums etc.  Des fleurs extravagantes tels que l’Oiseau de paradis (Strelitzia) ou les fleurs très discrètes comme sur les graminées par exemple. Malgré leur apparence fort différent, l’anatomie de la fleur reste toujours pareille. Au cœur on y trouve le pistil en forme de bouteille avec un long col (style) portant le stigmate. En-dessous du pistil on trouve l’ovaire contenant les ovules. Au tour des ces parties feminines de la fleur on trouve les étamines; des ‘filets’ portants les “anthères”. Les anthères contiennent le pollen. Les étamines forment la partie masculine de la fleur.

Toutes les plantes ne produisent pas des fleurs “monoïques”; avec des parties femelles et mâles. Le Kiwi par exemple est soit mâle soit femelle. Il faut donc deux plantes, mâle et femelle, pour la fécondation. On appelle ces plantes “dioïques”.

pollinisation

Pollinisation

Pour féconder l’ovule, il faut que le pollen soit posé sur le stigmate d’une autre plante de la même espèce (pollinisation croisée). Certaines plantes utilisent le vent pour propager le pollen (p.e. graminées, certains feuillus,…), d’autres plantes utilisent les animaux (par exemple les insectes). Pour y parvenir les fleurs produisent du nectar par attirer les insectes. Le pollen reste coller sur l’insecte pendant qu’il se nourrit et en passant de fleur à fleur le pollen est propagé. Vous pouvez simuler cette propagation en frottant votre doigt sur les anthères pour récupérer le pollen et ensuite vous frottez ce pollen prudemment sur le stigmate d’une autre fleur. La pollinisation manuelle est très utile quand vous désirez croiser des variétés pour obtenir des hybrides. Le pollen peut également atterrir sur le stigmate de la même fleur. Si ceci résulte en une fécondation on parle de la auto-pollinisation. Dans ce cas les graines produiront des clones identiques de la plante mère.

fécondation

La fécondation

Quand le pollen se trouve sur le stigmate collant la fleur est “pollinisée”. Ensuite un “tube pollinique” est formé depuis la graine de pollen à travers le style jusqu’à l’ovule. Alors la fleur est “fécondée”. L’ovule se transformera en graine et l’ovaire deviendra le fruit autour. Pensez à une pomme; on y voit toujours la tige et les sépales d’un côté et de l’autre côté on voit les restant séchés de la fleur. A l’intérieure de la pomme on trouve le noyau contenant les graines. Dans le cas où la fécondation ne s’est pas bien déroulée le fruit peut démontrer des anomalies tel qu’une bosse.

La distribution

Le fruit contient donc les graines ou la graine. Ces graines doivent retomber sur le sol ou un autre substrat pour pouvoir germer bien entendu. Certaines plantes y parviennent en catapultant leurs graines. D’autres en produisant des fruits appétissants. Ces fruits sont consommés par des animaux et ensuite excrété dans les selles plus loin. Encore d’autres utilisent le vent pour la distribution de graines ou même l’eau. Le Cocotier laisse porter ses fruit par la mer pour échouer sur d’autres plages ou le noix de Coco finira par germer. La jeune pousse fera le nécessaire pour pouvoir produire des nouvelles graines au plus vite et bouclera ainsi ce circle de la vie.

© La Palmeraie

Réagir?»

Pas encore de commentaire ...

Donnez votre réaction